4 jours dans le massif du Vignemale du 14 au 17 juillet 2016

Ça faisait longtemps que nous attendions une telle fenêtre météo et elle est arrivée pour la fête nationale (malheureusement entachée par la connerie humaine une nouvelle fois mais nous l’apprendrons que 4 jours plus tard en redescendant) …

1er jour: Du Pont d’Espagne au Refuge des Oulettes de Gaube

Il y a 20 ans jour pour jour Hélène et moi faisions notre premier Vignemale. Bien que nous l’ayons répété plusieurs fois depuis et en toutes saisons, nous nous devions de faire découvrir ce massif aux enfants. Nous sommes donc partis du Pont d’Espagne ce jeudi 14 juillet après avoir mangé un morceau à la voiture. Il y a affluence comme toujours à cette période de l’année. En montant au lac de Gaube, nous ne tardons pas à voir des bouts de Vignemale sortir des nuages qui sont bloqués dans le fond de la vallée.20160717182954_DSC_9352

Enfin nous arrivons au Lac de Gaube qui est en sur population.2016071414280620160717183017_DSC_935920160717183031_DSC_9366

Nous le quittons très vite car de toutes les façons, c’est ce qui est au-delà qui nous intéresse.20160717183047_DSC_9371

En chemin nous trouvons nos premières marmottes pas effrayées par le monde qui reste important tout de même. Ça risque d’être comme ça jusqu’au refuge.20160717183234_DSC_9393

Dommage que le Vignemale soit caché par des nuages car la vue est splendide depuis les plateaux qui précèdent l’arrivée au refuge.20160717183207_DSC_93882016071416135020160717183248_DSC_9395

Nos deux randonneurs juniors « apprivoisent » le porteur du refuge :-).20160717183303_DSC_940020160717183311_DSC_9402

Enfin nous arrivons au refuge des Oulettes de Gaube.20160717183319_DSC_9403

Nous filons vers les airs de bivouac sur le chemin du Col des Mulets. Ça me fait remonter quelques années en arrière (près de 15 ans) où nous avions bivouaqué ici en septembre avec Alain, Corinne, Arnaud et Thibaut avant de faire le Petit Vignemale.20160717183339_DSC_940920160714180653

Pour s’éviter un portage de nourriture de 4 jours nous avons opté pour le repas au refuge. Il est servi à 19h et nous y gardons un souvenir lourd et massif des lasagnes. Nous avons mangé en bonne compagnie avec Rachid et Paul-Marie ainsi que 2 musiciennes proffessionnelles de Toulouse et Bordeaux. A la fin du repas, avant de rejoindre nos tentes, nous faisons une petite ballade digestive à la recherche de marmottes.

20160717183436_DSC_9416Les nuages qui couvrent le Vignemale sont du plus bel effet.20160717183425_DSC_9423

C’est une belle nuit qui se prépare. Un petit réveil sur les coups de 3h du matin le confirme. Le Vignemale est alors dégagé et la voie lactée est superbe. On y a aussi vu de belles étoiles filantes.


2ème jour: Du Refuge des Oulettes de Gaube au Refuge de Baysselance en passant par le Petit Vignemale

Excellente nuit au pied du Vignemale. Au réveil, le Vignemale s’offre enfin à nous dans son entier.20160717183458_DSC_9428

Il reste encore des traces de la fraîcheur de la nuit dans les ruisseaux des Oulettes.20160717183510_DSC_943020160717183533_DSC_9439

Nous partons prendre notre petit déjeuner au refuge et à notre retour nous sympathisons avec des moutons et de mignonnes chèvres.20160717183545_DSC_9444

Le soleil est maintenant bien haut dans le ciel et nous pouvons partir à la conquête de la Hourquette d’Ossoue.

Nous avons la journée pour rejoindre le refuge de Baysselance donc on y va piano. On prend le temps d’admirer la beauté du paysage.2016071510042320160717183616_DSC_945620160717183723_DSC_946820160717183746_DSC_9469

Et nous prenons le temps de contempler les nombreuses marmottes qui jalonnent le chemin.20160717183655_DSC_946620160717183812_DSC_9484

Enfin nous arrivons au niveau des lacs d’Araillé.20160717183825_DSC_9492

C’est l’occasion de faire une petite pause au soleil avant d’entamer la montée finale de la Hourquette. Je crois que je ne l’ai jamais monté aussi tranquillement. Il faut dire qu’il y a eu des Petit Vignemale qui se sont déjà fait dans la journée et même en hiver et même en raquettes … Là on profite et c’est super.20160717183840_DSC_949920160715105517

Enfin nous arrivons au col et les enfants découvrent la vue sur le refuge et sur le massif de Gavarnie qu’ils connaissent très bien mais pas d’ici.20160717183932_DSC_951020160717183911_DSC_9501

On prend le temps de manger le pique-nique (bof bof) que le refuge des Oulettes nous a préparé et je décide de descendre au refuge pour y déposer tout mon lourd matériel de bivouac ainsi que mon piolet et mes crampons car ils ne sont pas nécessaire à l’ascension du Petit Vignemale.20160717183942_DSC_951420160715132550

De retour à la hourquette j’embarque tout mon petit monde dans mon sillage et en avant pour près de 300m d’ascension. Bien que ça ne soit pas très dur, Floflo a quelques appréhensions qui mérite que je sorte la corde. En moins d’une heure nous sommes en haut à 3032m sans un brin de vent et avec un ciel dégagé de tout nuage et la vue est donc imprenable sur le Pic du Midi d’Ossau, le Balaïtous, le Lac de Gaube, l’Ardiden, le Pic du Midi de Bigorre, le Massif du Néouvielle, le Pic Long, tout le massif de Gavarnie et du Mont Perdu. Parfaite !20160717184035_DSC_952320160717184048_DSC_952520160717184056_DSC_952920160717184102_DSC_953020160717184121_DSC_953120160717184116_DSC_953220160717184139_DSC_953620160717184200_DSC_954420160717184207_DSC_954520160717184233_DSC_9549

Quelques vautours nous passent au-dessus.20160717184226_DSC_9547

Je me rappelle au bon souvenir de l’arête qui part du Petit Vignemale jusqu’à la Pointe Chaussenque que nous avions fait en 2003.20160717184148_DSC_9538

De jeunes parisiens se sentent tentés d’y aller, je les guide donc jusqu’à la première pointe afin de voir que la suite nécessite une bonne corde quand même. Avant de partir nous jetons un dernier coup d’œil sur le panorama.20160715145647

Un couple de nîmois accepte de nous prendre en photo histoire d’immortaliser la première ascension d’un 3000 avec la famille au complet.20160717184244_DSC_9551

On se retrouve très vite au refuge et nous montons la tente vers 17h un peu comme tout le monde. Le repas au refuge est un cran au-dessus de celui des Oulettes et nous nous retrouvons attablés en même compagnie que la veille ce qui nous permet de sympathiser un peu plus. Pendant ce temps la lumière baisse dehors et la lune fait son apparition.20160717184305_DSC_9562

Le repas terminé vers 20h15, les gens qui me connaissent ne seront pas étonnés de me voir repartir au sommet du Petit Vignemale pour y admirer le coucher de soleil. Cette fois-ci, je suis accompagné d’Antoine pour qui c’est une première. Lorsque nous arrivons à la Hourquette (la 3ème fois de la journée pour moi), la vue sur l’enfilade de sommet dépassant du col est superbe au couchant.20160717184337_DSC_9568

3 isards nous y attendent et commence l’ascension devant nous.20160717184354_DSC_957020160717184420_DSC_9576

Peu avant le sommet, une mer de nuages commence à naître aux abords du Cirque de Gavarnie et ses 3000, c’est superbe.20160717184428_DSC_957720160717184450_DSC_9587

Nous arrivons moins d’1/4h avant que le soleil ne se couche. Il fait un peu froid mais pas autant qu’on le craignait. Le spectacle en vaut la chandelle de toutes les manières.20160717184500_DSC_959120160717184510_DSC_959620160717184522_DSC_959920160717184534_DSC_960620160717184548_DSC_960920160717184603_DSC_961120160717184611_DSC_961520160717184625_DSC_962120160717184638_DSC_962520160717184650_DSC_963220160717184702_DSC_963420160717184715_DSC_964020160717184729_DSC_964720160717184735_DSC_96482016071521260620160715214028

Il est temps de redescendre. En chemin, nous jouons avec la lune :-).20160717184758_DSC_9666

Il est 22h45 quand nous arrivons au bivouac, il fait complètement nuit maintenant et Hélène et Florian ont fini leur Monopoly.


3ème jour: Du Refuge de Baysselance au Lacs d’Estom Soubiran en passant par le Col des Gentianes

Cette fois c’est réveil à 6h15 du mat car le petit déjeuner au refuge est à 7h max. L’étape qui nous attend promet d’être belle !20160717184811_DSC_967520160717184828_DSC_9679

Ce qu’on ne savait pas avant de venir, c’est qu’aujourd’hui c’est le trail des refuges, 54km en boucle en partant de Cauteret et passant par la Fruitière, le Refuge d’Estom, le Col des Gentiane, le Refuge de Baysselance, le Refuge des Oulettes, les Cols des Mulets et d’Aratille, le Refuge Wallon, le Lac du Pourtet, le Refuge d’Ilheou … Bref 900 cooccurrents sur notre parcourt jusqu’au Lac d’Estom Soubiran ou nous prévoyons de bivouaquer. Le premier arrive au refuge de Baysselance à 9h, 3h après être parti de Cauteret … c’est l’heure à laquelle nous décidons de partir. Peu en dessous du refuge, nous voyons une belle hermine (trop rapide pour être photographiée). Vite la vue sur le glacier du Vignemale devient magnifique.20160717184938_DSC_969420160717185004_DSC_9696

Les concurrents du trail se succèdent et ça ralenti considérablement notre progression mais on s’en fiche, c’est sympa. Il y en a même qui me demande de les prendre en photo :-). On fini quand même par arriver aux grottes Bellevue.20160717185017_DSC_9698

Peu en dessous nous quittons le sentier qui descend dans la vallée d’Ossoue pour emprunter le chemin qui monte vers le Col de Gentianes. C’est toujours le balai des compétiteurs du Trail …20160717185038_DSC_971020160717185045_DSC_9711

On se régale de la vue sur le Vignemale et son glacier.20160717185054_DSC_9713

On profite d’une pause pour faire une photo dans ce cadre magnifique.20160717185129_DSC_9715

On ne se lasse pas du panoramique sur le Vignemale et le refuge de Baysselance. 20160716104506

Enfin nous arrivons au Lac des Gentianes. Nous y faisons notre pause casse-croûte tout en profitant de cette vue. Je me rappelle des photos de Louis prises de ce même endroit et qui m’ont motivées à faire cette montée un peu difficile (hein les enfants 😉  ?).20160717185145_DSC_972420160716115809

Ensuite nous montons au Col et nous entamons de longues discussions avec de sympathiques bénévoles qui encadraient la course. Quand on a une passion commune on peut y passer des heures à en discuter …20160717185154_DSC_9726

Lorsqu’on bascule de l’autre côté du col on tombe sur le Lac Glacé qui est toujours … glacé.20160717185211_DSC_9728

Aller, nous quittons le col et longeons le Petit Lac du Col.20160717185409_DSC_973120160717185426_DSC_973320160717185434_DSC_9734

Au final nous arrivons au pied du Lac Glacé et y retrouvons d’autres bénévoles de la courses qui attendent l’hélico qui doit venir chercher un blessé (sans gravité). C’est l’occasion pour les enfants de faire des ricochets … sur la glace … easy !20160717185458_DSC_974120160716142132

Lorsque nous quittons ce lac, il faut passer par un défilé très étroit et un passage un « peu » difficile qui mérite une attention particulière (on va dire).20160717185506_DSC_9742

Ensuite les lacs s’enchaînent le long du Gave d’Estom Soubiran. Tout d’abord le Lac Couy.20160717185515_DSC_974420160717185520_DSC_9745

Ensuite c’est au tour du Lac des Oulettes d’Estom Soubiran.20160717185531_DSC_97492016071615134720160716152111

Déjà là on a envie de poser la tente mais on préfère encore descendre au dernier lac, le Lac de Labas au pied du Pic du même nom.20160717185543_DSC_9751

C’est donc là qu’à 16h nous décidons de poser le camp pour une soirée magnifique pleine de tranquillité. Ça c’est du bivouac !

Juste à côté des tentes, il y a plusieurs petites mares remplies de têtards, alors c’est séance de nettoyage des pieds et par la même occasion chatouilles.20160717185725_DSC_9793

On prend le temps de faire quelques photos de fleurs. Ce ne sont pas les plus belles de la journée certes …20160717185706_DSC_978320160717185713_DSC_9784

Le soleil ne tarde pas à se cacher. Nous avons manger et la surface du lac ressemble à un véritable miroir.20160717185732_DSC_979420160717185807_DSC_979620160717185848_DSC_9800

On peut maintenant se coucher et dormir tranquille au son de la cascade qui coule au loin.


4ème jour: Descente à la Fruitière en passant par le Refuge et le Lac d’Estom.

Le matin, pour la première fois, c’est grasse mat’. Pas de petit déjeuner à prendre dans un refuge donc on prend le temps. Nous sortons de la tente à 8h, le soleil est déjà levé depuis un moment mais les tentes ne sont pas encore au soleil. Une heure et demie après elles sont pliées et les sacs sont faits.20160717185907_DSC_980520160717185925_DSC_9808

Nous voilà donc partis pour redescendre dans la vallée. Le soleil est toujours aussi éclatant. 20160717185933_DSC_9813

Le sentier balcon qui passe longuement au dessus de la vallée d’Estom offre une vue superbe sur le Lac.20160717185951_DSC_982020160717190005_DSC_982420160717095944

Lorsque nous commençons à amorcer la descente vers la jonction entre le chemin de la Fruitière et le col d’Araillé, une marmotte prend la pose.20160717190038_DSC_9829

A l’approche du Lac d’Estom, on se souvient d’un des tout premiers bivouacs d’Antoine alors âgé de 4 ans avec ses copains Mathis et Elodie. Les couleurs de ce lac sont toujours aussi belles à l’image de ceux qui sont au-dessus et que nous avons croisé la veille.20160717190106_DSC_983520160717190113_DSC_9837

Peu avant d’arriver au bord du lac, je rencontre le berger qui garde les moutons de l’estive des Lacs d’Estibe Haute. Nous échangeons longuement sur plusieurs sujets comme si nous étions 2 potes. Une belle rencontre encore telle que je les aime. Petite pensée à sa chienne Patou qui a chuté la veille d’une falaise et qui s’est tuée. On se quitte, lui montant dans son estive et moi descendant vers la foule …20160717190136_DSC_9844

Là on peut maintenant dire qu’on est revenu parmi les humains :-). On ne s’attarde pas très longtemps au lac, il y a donc du monde et je dois trouver un moyen en descendant de ne pas retourner au Pont d’Espagne à pied depuis la Fruitière (près de de 10km + 250m de descente et 360m de montée). Hélène m’a déjà négocié la descente à la Raillère avec 2 touristes de l’Ain qui sont déjà en train de partir également du lac. Dès le début de la descente on entre dans un paysage bucolique avec des forêts de pins et des cascades.20160717190151_DSC_985420160717190202_DSC_985720160717114727

Ensuite on enchaîne les replats jusqu’au parking.20160717190218_DSC_986620160717190229_DSC_986720160717190248_DSC_9871

Au parking je retrouve mes taxis qui me descendent à la Raillère mais malgré mes allusions, ils ne me monteront pas au Pont d’Espagne … Me voilà donc parti pour tout remonter à pied car la navette est dans plus d’une heure. A mi parcours, fatigué de voir les voitures qui ne s’arrêtent pas, je bascule sur le chemin des cascades, au moins je ne marche pas sur le bitume chaud (il est 13h). Au Pont d’Espagne il y a toujours autant de monde, je file donc à la Fruitière et au passage je descend 2 baroudeurs québécois à la Raillère et monte un Portugais à la Fruitière. Voilà donc nos 4 jours qui se terminent, 4 jours assez géniaux qui auront vu les enfants monter à 3000m et passer 3 nuits successives en bivouac. Un bon test avant de partir vers d’autres latitudes l’an prochain.

Publicités

3 réflexions sur “4 jours dans le massif du Vignemale du 14 au 17 juillet 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s