4 jours dans le massif du Néouvielle du 9 au 12 mars 2017 – Etape 2

Pas de contrainte sur l’horaire ce matin … on est en vacances finalement ! Mais au réveil pas de surprise, il fait très beau !

20170310083626-DSC_5022

Le Campana de Cloutou et son col sans nom

20170310083936-DSC_5029

20170310_082528.jpg20170310_092203.jpg

En face de nous, la combe qui descend du col niché entre le Pic et le Campana de Cloutou appelle à une superbe descente dans quelques heures le temps que le soleil ait fait son boulot. Pour le moment nous prenons un petit déjeuner et préparons les skis pour aller explorer les lacs de Cloutou au pied de la crête de Port Bielh.

20170310093346-DSC04921

Nous prenons la direction de l’épaule qui se trouve derrière le refuge au dessus du lac.

20170310093950-DSC0492220170310094334-DSC_503320170310095224-DSC_5038

Lorsque nous basculons de l’autre côté la neige reste vierge de toute trace jusqu’à perte de vue. Il faut se frayer un chemin pour basculer vers les lacs et pour cela nous faisons le tour du Campana de Cloutou.

Nous attendons nos splitboarders et en particulier Philou qui avait pris une mauvaise tangente :-). Nous continuons alors tout près du col sans nom pour avoir une vue panoramique sur le site.

20170310102250-DSC_505020170310103554-DSC_505520170310103558-DSC_505620170310104146-DSC_5058

20170310_104052.jpg

Plusieurs possibilités semblent s’offrir à nous et nous choisissions de monter sur la crête de Port Bielh en face.

20170310104824-DSC0493520170310104858-DSC_506220170310110236-DSC0494020170310110330-DSC_506420170310111052-DSC0494220170310111318-DSC_506820170310111748-DSC04944

Une pause s’impose comme le dit le dicton. D’ici nous dominons toute la vallée de Port Bielh jusqu’au lac de l’Oule. Nous surplombons le Lac de Bastan et le Néouvielle tout comme le Pic Long nous font face et « tout près de nous » on aperçoit aussi la Hourquette Nère par laquelle nous comptons passer demain pour notre grande traversée.

20170310_113031.jpg20170310_172249.jpg

20170310112750-DSC_506920170310112754-DSC_507020170310112756-DSC_507120170310112800-DSC_507320170310112802-DSC_507420170310112814-DSC_507520170310112826-DSC_507820170310112838-DSC0494520170310112902-DSC_5081

Pas de vent, pas de bruit, pas un chat, nous profitons de l’instant et pendant se temps la neige se transforme gentiment. Alors on prépare les skis et on se lâche sur 400m de descente dans de très bonnes conditions.

20170310120910-DSC04948

Ensuite nous sommes remonter au Col que nous avions visé le matin comme étant une belle cible de descente et bien nous en a pris !!!

20170310121628-DSC0494920170310122804-DSC04951

La combe semble parfaitement prête à être crayonnée.

Quel pied ! la neige est excellente !  On sait recevoir dans la Bigorre ! On aurait aimé qu’elle soit plus longue cette descente mais on se contentera de ces quelques centaines de mètres. Il ne nous reste plus qu’à contourner le lac du Campana pour rejoindre le refuge où nous nous restaurons un peu (enfin, on manque de rien, ça c’est sûr).

Pendant que certains font la sieste, d’autre en profite pour prendre un bain de soleil histoire de tester l’efficacité de la crême solaire.

20170310150706-DSC_5097

Après ce petit moment de répit donc, nous voulons viser un second run à la Hourquette Bracque sur laquelle nous voyons qu’il y a une trace de raquette qui date d’aujourd’hui. Nous ne sommes donc pas seuls dans le massif 🙂 ! Nous partons donc sur les coups de 15h.

Nous continuons de nous régaler les yeux. C’est un vrai plaisir de déambuler dans ces combes qui se succèdent.

La hourquette est maintenant en ligne de mire et on voit une belle avalanche très récente qui a été déclenchée par le raquetteur solitaire dont nous suivons la trace.

On peut dire qu’il revient de loin celui-là car c’est en passant sous la crête qu’il a déclenché cette avalanche qui a du lâcher quelques instant après son passage. Peut-être ne s’en est-il pas rendu compte. vu la pente et l’exposition sous le vent, il a joué avec le feu … . Au col, on en profite pour regarder comment ça passe derrière en vue d’y remonter demain avec les gros sacs pour basculer sur la vallée de Port Bielh. Ça semble plus simple que par la Hourquette de Caderolle. Il fait toujours aussi bon et la vue est toujours aussi belle.

De là on repère un petit sommet au milieu de la vallée de Cloutou qui peut être un beau perchoir en vue d’attendre le coucher du soleil. Alors on se prépare pour descendre et nous rejoignons le fond de la vallée en vue de faire ce petit run pour bien finir cette excellente journée.

Il ne nous faut que monter d’un peu plus d’une centaine de mètres pour être à l’objectif.

Là il n’y a plus qu’à attendre nos splitboarder qui refont le monde de la glisse 😉 et contempler l’environnement qui nous entoure en partageant quelques pâtes de fruits proposées par Georges.

20170310171458-DSC_512220170310171504-DSC_512320170310171514-DSC_512420170310171520-DSC_512520170310171646-DSC_512720170310171802-DSC_512820170310172008-DSC_513220170310172018-DSC_513520170310172656-DSC_513620170310172702-DSC_513820170310175010-DSC_5141

FX toujours à la pointe de la bûchette sur son téléphone portable me permet d’appeler Hélène pour lui souhaiter un excellent anniversaire en direct de la vallée de Cloutou à près de 2300m d’altitude. En 30 ans c’est le premier que je loupe (et le dernier, c’est promis).

Maintenant, la lune est sortie, le soleil commence a déjà bien se cacher, il nous faut retourner dans notre abri.

20170310180436-DSC0498120170310180526-DSC0498320170310180538-DSC0498420170310180622-DSC04985

FX se remet à l’allumage du poêle avec Philou et ce soir c’est Georges qui nous régale avec des pâtes sauce citron/gingembre.

20170310182722-DSC04990

Avant d’aller se coucher, on jette encore un coup d’œil dehors pour admirer cette belle vallée bigourdane.

20170310182754-DSC0499120170310185510-DSC0499320170310190210-DSC_515820170310201326-DSC_516020170310201420-DSC_516120170310202452-DSC_5164

La nuit est calme mais à 10h 2 personnes tapent à la porte et une troisième en fera de même à minuit (car ils auront eux aussi fermé la porte de l’intérieur). Il faut que la nuit soit réparatrice car on n’a pas chômé aujourd’hui et demain c’est une grande et superbe traversée qui nous attend.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s