La Maladeta les 4 mai 2017 & 10 mai 2015

J’aurais pu appeler cet article uniquement: « La Maladeta le 4 mai 2017 » mais plusieurs raisons me poussent à y ajouter quelques lignes sur la Maladeta d’il y a 2 ans. L’une d’entre elles vient du fait que la météo de cette semaine n’aura pas été optimale mais la raison principale vient du fait que ces 2 Maladeta forment 2 parenthèses bien particulières car en deux ans j’ai enchainé une quadruple déchirure au mollet et un problème de cartilage au genou qui m’a conduit il y a 6 semaines pile sur la table d’opération. Cette deuxième Maladeta vient donc je l’espère, clore cet épisode.

Mercredi soir, évidement je n’ai pas pu quitter le boulot tôt, c’est donc à 20h qu’avec Christian nous prenons la route du Llanos del Hospital pour y rejoindre nos amis catalans. Après une courte nuit d’un peu plus de 3h, à 4h nous nous réveillons pour prendre le petit déjeuner. La route étant ouverte, nous pouvons aller sur le parking en voiture ce qui nous fait gagner quelques kilomètres et 200m de dénivelé. Il ne fait pas beau et le plafond est bas pour le moment. Une fois le ruisseau traversé, il ne nous faut pas longtemps pour chausser les skis.

Dans le groupe, il y a 2 braquets voir 3 avec le mien. Mon objectif est d’arriver à l’objectif à mon rythme. Nous arrivons au lever du jour au niveau du refuge de la Rencluse ce qui donne une belle couleur rose aux nuages.

Ceux qui connaissent savent que c’est ensuite qu’on rentre dans le « dure » dans tous les sens du terme: pente assez raide et souvent verglacée tôt le matin. Par prudence nous mettons les couteaux et attaquons la montée au Portillon (au départ nous avions prévu de faire l’Aneto).

Alors que nous montons, la météo commence à s’améliorer dans notre dos, côté français. Les sommets commencent à pointer le bout de leur nez.

20170504070148-DSC0542020170504070158-DSC05422

 Au pied de la cuvette qui marque le début de la dernière rampe avant de basculer sur le glacier de l’Aneto par le Portillon, Georges et Christian m’attendent. Il n’y a pas grand monde aujourd’hui sur le glacier, par contre c’est ambiance collant-pipette et ça envoie du lourd. Tranquillement nous montons au niveau du Portillon pour faire le point.

Bien que la météo s’améliore côté français, au-dessus de nos tête, ça n’est pas vraiment le cas. Moi je pense qu’arrivé au Col Corona, il faudra un beau sommet dégagé pour que je fasse les derniers 200m (ça n’est pas comme si on n’avait jamais fait l’Aneto). Toutes ces raisons font que finalement on décide de partir pour la Maladeta et fonction des nuages on verra si nous faisons le sommet.

20170504083034-DSC0543320170504083522-DSC0543520170504083604-DSC05437

Il nous reste près de 300m de déniveler lorsque nous nous mettons à botter allègrement. Ca rend donc la tache un « peu » pénible mais au final nous parvenons au pied du couloir menant au sommet de la Maladeta.

20170504091514-DSC0544120170504092748-DSC0544320170504101916-DSC0544520170504102808-DSC05449

Il ne fait toujours pas beau par contre il ne fait pas froid contrairement à la fois où nous l’avions fait de nuit avec Christian il y a quelques années et que nous avions attendu le lever de soleil par des températures très négatives :-). Un gars descend le couloir qui a l’air en très belle conditions mais il fait trop gris pour aller nous mettre dans le brouillard. Nous décidons donc de rester là tranquillement et manger un petit morceau.

20170504101940-DSC0544720170504104218-DSC05451

J’enlève la tonne de neige qui n’a cessé de s’agglutiner sous mes skis pour enlever mes peaux et nous entamons notre descente par une excellente neige poudreuse.

Après 400m de descente environ, ça se complique un peu. La poudreuse s’alourdie allègrement et devient peu skiable alors c’est avec une grande prudence que nous atteignons le refuge de la Rencluse.

A partir du refuge, dans le marron, la neige devient plus skiable et nous nous faisons plaisir une dernière fois cette saison avant de ranger les skis au placard.

DCIM100GOPROG0134107.

20170504120700-DSC05456

Malgré la météo nous avons passé une très bonne journée et l’excellente nouvelle est que le genou a super bien tenu le choc et je n’ai eu aucune douleur sur ces quasi 1500m de dénivelé. Il ne me reste plus qu’à me refaire une condition physique. Ca mérite bien une petite bière au Llanos avant de rentrer à la maison car une journée de boulot attend Christian et moi le lendemain avant d’attaquer le week-end du 8 mai.

20170504121158-DSC05458


Deux ans plus tôt, après avoir fait un superbe Aneto la veille (bientôt l’article), nous décidons avec le groupe d’enchainer avec la Maladeta. Nous sommes le 10 mai 2015 et il fait à nouveau beau.

Comme d’habitude, c’est au petit jour que nous partons et cette fois, il nous a fallut porter les skis sur quelques kilomètres. L’enneigement n’est pas suffisant pour couper sous le Pico de Paderna.

20150510070222-DSC05078

Contrairement à cette semaine, nous décidons dès le début de faire la Maladeta et pour cela, nous préférons ne pas passer par les même pentes qui mènent au Portillon pour éviter la grande quantité de gens qui partent pour l’Aneto. Nous contournons donc le refuge de la Rencluse par la droite pour arriver au bord des petits lac qui sont au-dessus.

Là le groupe se scinde en deux, pour prendre 2 combes différentes mais pour au final arriver à peu près en même temps au pied du sommet.

20150510084541_R20150510084606-DSC0509920150510090439_R20150510092752_R20150510094829_R2015051010043020150510110538_R20150510112754-DSC05115

Il y a quand même un peu plus de monde que cette semaine mais avec Christian on décide quand même de s’engager dans le couloir. Une partie des copains y sont déjà partis.

Il fait un peu plus d’une centaine de mètre et lorsque nous débouchons à sa sortie, nous voyons nos amis en train de descendre du sommet. Donc nous nous arrêtons là (lui aussi on le connaît) et profitons de la vue superbe.

Tout le monde n’est pas forcément à l’aise dans le pentu comme on dit alors Pascal met une petite corde à minima pour entamer la descente qui sur ces 30 premiers mètres est particulièrement raide.

DCIM100GOPROG0260299.DCIM100GOPROG0310310.DCIM100GOPROG0320313.

Nous voilà maintenant tous regroupés alors on admire encore le paysage avant de descendre là-aussi pour la dernière fois de la saison sur une neige alternant entre l’excellent et le dure.

20150510132203_R20150510132207_RDCIM100GOPROG0340320.DCIM100GOPROG0380331.

Une fois en bas on se régale de quelques bulles pour fêter la première de mes nouveaux skis que le groupe m’a offert et je fais souffler mes pieds meurtris par un Canigou « un peu » sec pour être fait à ski une semaine plus tôt et par un enchainement Aneto / Maladeta, mais quand on aime …

20150510143635_R20150510161006_R

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s